Un surplus d'humanité

 

Nos médias sont souvent porteurs de vie. Toutes les semaines, La Presse présente une personnalité qui apporte un surplus d’humanité dans son milieu de vie. Cette rubrique n’est pas unique en son genre. Même les hebdomadaires locaux ne manquent pas l’occasion de signaler l’apport enrichissant de ceux et celles qui se démarquent dans leur localité. À titre d’exemple, Le Reflet du Lac de Magog, au début de juin, titrait à la une « Une cuvée exceptionnelle à la Ruche » (école secondaire). L’article nous apprenait que, à l’occasion de son gala de fin d’année, l’école a remis plus de 200 mentions à des élèves dévoués, talentueux et engagés. Les qualificatifs laissent voir que tous se sont impliqués dans leur milieu de manière à le valoriser. On est loin ici de la publicité prometteuse de rêves, c’est plutôt une reconnaissance de ce qui a été fait et qui nous ennoblit tous comme êtres humains. Pour sa part, Le Journal de Magog publiait, également à la une, en fin de mai Une véritable dévotion humanitaire pour le Honduras en présentant un jeune homme, Mario Roy, qui prépare son 8e voyage pour ce pays où il a découvert plein de gens à aider. Ce n’est pas le fait que cet ouvrier de profession ignore les besoins de Magog où il donne de son temps à l’unité des soins prolongés mais là-bas les gens dans le besoin ont moins de ressources. J’ai deux priorités, dit-il, j’apporte d’abord mon aide à l’éducation de jeunes filles (13 à 20 ans) et je tente de m’impliquer dans des cas d’extrême pauvreté. À chaque fois que je reviens de là, je suis toujours un peu secoué mais en même temps tout ça représente un grand voyage spirituel. Les exemples d’humanisation ne manquent pas, nous connaissons tous et toutes des personnes qui laissent une empreinte positive là où elles passent. On se sent meilleur de toute cette solidarité qui nous donne l’espoir d’une vie plus équitable à l’échelle de la planète terre.

Lucille Lepitre, fcscj

haut de page