Goto main content

La nef

LES BANCS

 

   

 

 

 

La nef est meublée de longs bancs en bois de chêne. Leurs agenouilloirs ont été coussinés en 1971.

 

 

 

 

 

 

LES AUTELS LATÉRAUX ET LEURS STATUES

 

     
 

 

Les autels latéraux originels sont en bois. Ils portaient autrefois un tabernacle mobile en plus du crucifix et des petits chandeliers. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dominant l'autel de droite, se trouve une statue de Notre-Dame du Saint-Sacrement, don de la Maison-Mère, en 1911 environ.

 

 

 

L'autel de gauche, dédié à saint Joseph a cédé la place aux tuyaux de l'orgue. La statue de saint Joseph qui s'y trouvait a trouvé place à l'arrière de la nef. Elle fut également donnée par la Maison Mère à la même époque.

       

 

 

 

   

LE GRAND CRUCIFIX

   

 

   
   

Le grand crucifix, dont le corpus est d’un seul bloc de marbre, qui pèse environ 137 kg et mesure 1 mètre, est un don de l'abbé Léon Marcotte à notre communauté. En 1930, il dominait l’autel, sous le baldaquin disparu en 1980.

 
   

 

 

 

 

   

L'ORGUE

         
     

 

Dans la chapelle ont résonné successivement deux orgues.

Le premier a été donné à la communauté par Mgr Léon Bouhier, curé de la paroisse Saint-Patrice de Magog, où les soeurs enseignaient depuis 40 ans. Il était placé au jubé et le choeur de chant se regroupait autour des organistes, Soeur Henriette de l'Eucharistie (Jeannette Bolduc) et Soeur Imelda des Anges (Noella Dionne).

Le deuxième (notre photo), un orgue Casavant, a été acheté en 1973 et placé dans la nef. Il est dédié à l’armée canadienne. Une plaque contient cette inscription:

« En mémoire des soldats des familles de nos religieuses, tombés aux champs d’honneur, pour notre pays, 1939-1945 ».

Il a été revisé en 1980 par les artisans MM. Guilbault et Therrien de Saint-Hyacinthe 

   

 

   

LE CHEMIN DE LA CROIX

         
     

Le chemin de la croix est un bas-relief qui vient de Paris (1930).

Blanc à l’origine, il a été peint, en 1980, par M. Zotique Pelland, pour mettre en relief, par les teintes diverses, la lutte entre le pouvoir civil et le pouvoir religieux, dans la Passion de Jésus.

 Les couleurs vert et or ont atteint très progressivement leurs tons définitifs et d’harmonisation pour donner finalement au plâtre un aspect métallique de bronze patiné d’une valeur artistique supérieure.

   

 

 

 

 

   

LES LUMINAIRES

         
     

C'est toi qui es ma lampe, 
Seigneur. 
Le Seigneur illumine mes ténèbres.

2Samuel, 22-29

 
       

 

 

   

LE CONFESSIONNAL

         
   

Plusieurs personnes choisissent d'aller au confessionnal pour dire au prêtre représentant de Dieu qu'elles reconnaissent l'imperfection de leur vie et pour s'entendre dire par lui que Dieu les aime sans réserve.

Il fut une période de la vie de l'Église où ce geste était un rite hebdomadaire.

 
   

 

 

 

 

   

LE BÉNITIER

         
   

Le bénitier en pierre invite ceux qui entrent à se signer avec l'eau, symbole de purification.

 
     

 

 

 

   

LE BAS-RELIEF

         
     

Un bas-relief à l’arrière de la chapelle représente le Baptême de Jésus. Cette sculpture des frères Bourgault a été offerte par les Frères de l'Instruction Chrétienne aux fcscj en hommage aux religieuses qui ont œuvré dans leur pensionnat de Laprairie, Qc,  de 1935 à 1985.

       

 

 

   

HISTOIRE, chapitre 4

Un grand ménage

En 1980, des transformations relativement importantes répondirent au nouvel esprit qui prenait place dans l’Église catholique au lendemain du concile Vatican II. L’annaliste, Sœur Lina Tanguay écrit : « Il nous semble d’un grand intérêt, pour nous, d’aujourd’hui, de rappeler, ne fût-ce qu’en schéma, l’histoire de cette chapelle et le symbolisme de ses éléments, pour éclairer les motifs qui ont déterminé sa restauration : réparer ce qui semblait ne pas devoir changer, améliorer ce qui pouvait être modifié sans trahir l’intention primitive et toujours actuelle de ces bâtisseurs de 1930, et les directives de la Sainte Église.»

 

L’histoire retient les noms des principaux acteurs de cette rénovation :

Direction des travaux pour la communauté : sœur Yvonne Mercier, supérieure locale

Personne-ressource : abbé Jean-Marc Allaire, aumônier de la Maison centrale depuis 1977

Peintres de la voûte et des colonnes, assumant aussi le nettoyage de la brique : MM. Ronald Plante et fils

Artiste consultant : M. Zotique Pelland de Sherbrooke, de grande renommée au Canada, sculpteur d’une partie de l’ambon, dessinateur du vitrail du Sacré-Cœur, peintre du Chemin de la croix

Verrier, ayant effectué la restauration des vitraux, M. Jacques Déry, qui compte trente ans d’expérience dans la province; M. Déry a aussi façonné le vitrail du fond du chœur.

Sculpteur de la colonne de marbre soutenant le tabernacle, artiste italien à qui l’œuvre a été commandée par M. Ronaldo Catellan de Montréal

Artisan de la révision de l’orgue : MM. Guilbault et Therrien de Saint-Hyacinthe

Technicien de la réparation et de l’amélioration du système de son : M. l’abbé André Castonguay de Sherbrooke

Divers travaux, tels la restauration des bancs, la révision du système d’éclairage, la construction de l’ambon en bois de chêne, exécutés par l’équipe des employés au service des maisons de la province religieuse .

Il est également question de travaux sur un « crucifix en marbre de Carrare  fixé sur le mur de droite entre la 12e et la 13e station du chemin de la croix;

Ajout d’une lumière au mercure placée dans la voûte au-dessus du maître-autel;

Installation, au jubé, du chemin de la Croix provenant du Collège du Sacré-Cœur : émaux apportés de France jadis par Soeur Renée du Saint-Sacrement.

map-marker-alt_1.png
mobile-alt.png
envelope.png

MAISON PROVINCIALE

575, rue Allen, Sherbrooke

Québec, Canada

J1G 1Z1

Téléphone : (819) 569-9617

Site web : fcscj.net

Courrriel : webmaitresse@fcscj.net

 

4.png
Fichier_1.png
1.png
2.png

Créé par Communications et Société propulsé par SedNove