La visite de Marie à sa cousine enceinte, Élisabeth

 

Ce groupe de la Visitation est une des plus belles pièces de l'église Saint-Jean au Marché, de Troyes en France. Élisabeth et Marie sont parées de vêtements d'une grande complexité. Outre les plis et les broderies très recherchés des deux robes, le sculpteur a ajouté des détails d'une précision surprenante. On pourra ainsi noter une aumonière et un trousseau de clés à la ceinture d'Élisabeth, un livre de prières pour la Vierge et un fil de perles dans ses cheveux.

Un texte évangélique inspira l'artiste.
"Dans les jours qui suivirent, Marie se mit en route et se rendit en hâte dans une localité de la région montagneuse de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elizabeth. Au moment où celle-ci entendit la salutation de Marie, l'enfant remua en elle. Elisabeth fut remplie du Saint-Esprit et s'écria d'une voix forte:
Dieu t'a bénie plus que toutes les femmes et sa bénédiction repose sur l'enfant que tu auras! Qui suis-je pour que la mère de mon Seigneur vienne chez moi? Car, vois-tu, au moment où j'ai entendu ta salutation, l'enfant a remué de joie en moi. Tu es heureuse: tu as cru que le Seigneur accomplira ce qu'il t'a annoncé."
(Luc 1,39-45)

Cette scène inspire des pensées pour aujourd'hui.
Marie se met en route. Au début du texte, Marie se met en route. La Merveilleuse Nouvelle qu'elle a accueillie la met debout et la pousse à sortir et à marcher vers d'autres. Et qu’importent les difficultés de la route (dans le texte la région est montagneuse)...
Marie se rend en hâte.
Elle se presse, elle court, elle vole... Le don reçu, le don merveilleux de Dieu est un fabuleux Trésor! Il est à partager, à révéler!

Marie entre dans la maison et salue.
La maison, dans la Bible, c'est le lieu de l'intimité. 
Entrer dans une maison, c'est entrer dans une intimité, dans un coeur, dans une profondeur.
L'arrivée de Marie et son salut touchent profondément Elizabeth. L'Esprit Saint pénètre en elle, la réveille, lui inspire la parole de bénédiction...


Photo tirée de Louis Réau, L'art religieux du Moyen Âge, Fernand Nathan
Texte inspiré de idees-cate.com

haut de page