Présente en Uruguay

Sœur Cécile Allard est de retour d’un service de quelques mois en Uruguay. Elle écrit :

Je me considère chanceuse d’avoir fait ma petite part dans cet océan de besoins : aider à  préparer la terre pour les semences, apprendre à lire à des enfants désireux d’avancer, encourager les parents…

Aujourd’hui, quand je pense à l’expérience que j’ai vécue, à ce milieu où s’entasse la misère d’une multitude de gens, des questions montent facilement à mon esprit : quels facteurs alimentent cette pauvreté? Pourquoi ne s’en sortent-ils pas? Comment les aider sans les rendre dépendants? Comment répondre à leur accueil, à leur générosité et à leur bienveillance dont je leur suis redevable?

Peu à peu, j’en suis venue à la conclusion que je pourrais me garder présente à ce quartier en les supportant à distance par la prière, la communication, et de temps en temps, par un appui financier, fruit de modestes projets organisés ici, au Québec. Pour ce faire, l’important est de me joindre à des personnes actives, intéressées et compréhensives qui soient sensibles aux besoins de nos frères et sœurs de l’Uruguay que je me considère chanceuse et gagnante d’avoir connus et aimés.

Cécile Allard, fcscj

haut de page