Parmi les humains

Intro-
duction
Projet
Laurier
Une fière moitié de l'humanité La traite
des
personnes
Monchénou Commu-
nauté de
Ibicuitinga
Panneaux
solaires
De
nouveaux venus
Ni 10, ni même 100...
Barraute en Abitibi
Pour que l'Évangile se propage Vive la fraternité Présente en Uruguay Quand la liberté est en jeu Un pilier de la revue "L'autre parole"

L'ARPF et la traite des personnes 

Logo ARPFLe 21 mars 2009, l’ARPF-Estrie avait organisé à la Maison Rivier, un après-midi d’information ayant pour thème : Arrêtez la DEMANDE de la traite des femmes et des enfants. Sœur Pierrette Boissé, CND, qui travaille à l’ONU en relations sociales, a entretenu son auditoire de ce sujet important avec compétence et conviction. Elle a fait référence au dossier d’UNANIMA international, qui porte ce même titre. UNANIMA international est une alliance de l’Association des Religieuses pour la Promotion des Femmes (ARPF). 

Comme Sœur Pierrette, je vous présente d’abord l’organisme UNANIMA, puis je vous donne l’essentiel du dossier, à savoir :

Antigone

Tout d’abord, qu’est-ce que UNANIMA? UNANIMA est une ONG (organisation non gouvernementale), un groupe de 13 congrégations religieuses d’hommes et de femmes qui travaillent pour la justice, au niveau international, en harmonie avec la charte des Nations Unies, pour améliorer les conditions économiques et sociales de tous les peuples. 

Le mot UNANIMA se compose de deux parties : anima : principe de vie féminine, ce qui anime et donne la vie. UN qui, accolé à ANIMA, évoque le mot unanime et indique notre volonté de travailler en faveur de la paix et de la dignité humaine. (Renseignements : www.unanima-international.org).

QU’EST CE QUE LA TRAITE DES PERSONNES?

Selon l’ONU, la traite est l’exploitation des personnes. « L’exploitation comprend, au minimum, l’exploitation de la prostitution d’autrui ou d’autres formes d’exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l’esclavage ou les pratiques analogues à l’esclavage, la servitude ou le prélèvement d’organes. » (Protocole de Palerme). 

Selon l’ONU, « des quatre (4) millions de personnes forcées, chaque année, à entrer dans l’industrie du sexe, environ 80% sont des femmes et des filles, dont deux (2) millions sont âgées de 5 à 15 ans. »

QU’ENTEND-ON PAR DEMANDE DE LA TRAITE DES PERSONNES?

Par « demande », nous faisons référence à ceux qui paient pour des services sexuels. La demande alimente la traite des personnes. « La demande doit être comprise au sens large comme tout acte qui favorise toute forme d’exploitation, laquelle, à son tour, favorise la traite. » (ONU)

POURQUOI UNANIMA INTERNATIONAL SE CONCENTRE-T-IL SUR LA DEMANDE?

Selon les estimations actuelles, l’industrie du sexe produit plus de 9,5 milliards de dollars, et cette somme est en hausse en raison de la demande. Puisque la traite est très rentable, nous croyons que l’élimination du profit fera diminuer cette forme d’exploitation. Si les hommes cessaient de payer pour obtenir du sexe, la source de profit se tarirait. C’est aussi simple que cela.

« Ces profits alimentent d’autres activités criminelles comme le blanchiment d’argent, le trafic de drogues, la falsification de documents et le passage de clandestins ». (Source : Traficking in persons report) 

QUEL LIEN Y A-T-IL ENTRE : PORNOGRAPHIE, PROSTITUTION ET DEMANDE?

La PORNOGRAPHIE constitue une façon de faire la traite des femmes et des enfants à des fins d’exploitation sexuelle. L’industrie crée une demande pour les femmes et les enfants, car de vraies personnes sont nécessaires pour filmer la violence sexuelle. Les pornographes font ensuite la traite de ces mêmes personnes en vendant leurs films. En outre, la pornographie stimule la demande. Des chercheurs ont montré que le visionnement de films pornographiques mettant en scène des enfants augmentait la demande d’exploitation d’enfants en prostitution. Des chercheurs internationaux ont montré que la pornographie, facilitée dans une vaste mesure par internet, alimente la traite sexuelle et, aux États-Unis, des chercheurs ont découvert que les hommes cherchant à acheter des services sexuels étaient deux fois plus susceptibles d’avoir consommé de la pornographie que les hommes en général.

Femme métis

LA PROSTITUTION et la traite sexuelle sont des abus de pouvoir. Dans son rapport de 2006, Sigma Huda établit des liens solides entre la prostitution et la traite : Dans la plupart des cas, la prostitution, telle qu’elle est actuellement pratiquée dans le monde, répond aux critères constitutifs de la traite.

La prostitution se caractérise par les menaces, le recours à la force et à d’autres formes de coercition, l’escroquerie, l’échange de paiement ou d’avantages pour obtenir le consentement de la personne exploitée. Dans la prostitution, une personne en domine une autre : abus d’autorité ou situation de vulnérabilité

LA DEMANDE COMPREND TOUTE FORME D’EXPLOITATION QUI, À SON TOUR, ENTRAÎNE LA TRAITE.

La demande encourage ou fait la promotion de l’exploitation. La demande ne mène pas nécessairement à la traite. C’est l’exploitation favorisée par la demande qui y conduit. 

CETTE CAMPAGNE A-T-ELLE DE VÉRITABLES CHANCES DE RÉUSSITE?

Toute tentative de modifier des comportements sociaux demande énormément de temps, et les attitudes sociales envers les femmes et le sexe sont bien ancrées dans l’histoire. Toutefois, nous avons des exemples de changement social : la chute de l’apartheid en Afrique du Sud, la diminution du tabagisme, le recours à un chauffeur afin d’éviter la conduite avec facultés affaiblies ainsi que la condamnation publique de la violence familiale et de celle envers les enfants. Tous ces comportements passaient sous silence ou étaient socialement acceptables, il y a 50 ans. Ce n’est plus le cas. Nous pouvons provoquer des changements.

Rollande Roy, fcscj , déléguée à l'ARPF 
Tiré de Entre nous, juin 2009, p. 17

haut de page